Nouvelles: Non classé

David J. Azrieli z »l

Constructeur visionnaire, homme d’affaires et philanthrope

David J. Azrieli, C.M., C.Q., M. Arch, constructeur visionnaire, promoteur immobilier et homme d’affaires, leader communautaire, philanthrope et sioniste dévoué, est décédé paisiblement aujourd’hui à l’âge de 92 ans, entouré de sa famille dans sa maison de campagne à Ivry-sur-le-Lac (Québec).

Né à Maków-Mazowiecki (Pologne) en 1922, David Azrieli était le deuxième des quatre enfants de Sara-Chaya (née Gerwer) et Rafael Hirsch Azrylewicz. En septembre 1939, il réchappe à l’occupation de sa ville natale par les nazis en s’enfuyant vers l’Est, dans la Pologne alors occupée par les Soviétiques. Quand l’Allemagne envahit l’Union soviétique en juin 1941, il fuit de nouveau vers l’est, gardant toujours une longueur d’avance sur les nazis. Les déplacements de David Azrieli en Union soviétique l’ont mené à Homiel, Stalingrad, Oulyanovsk, Tachkent et Boukhara. À l’automne 1942, il rejoint l’armée polonaise de « Anders » à Boukhara et prend alors la route vers l’Iran puis Bagdad. Là-bas, il prend contact avec deux membres de Haganah – Moshe Dayan et Enzo Sereni – et est alors recruté pour défendre la cause sioniste. Il rejoint la Palestine sous mandat britannique à la fin de l’année 1942. Il étudie à Technion, l’Institut israélien de technologie, de 1943 à 1946 et sert dans la 7è brigade durant la Guerre d’indépendance d’Israël en 1948, prenant part à la bataille de Latroun durant le siège de Jérusalem. En 1946, David Azrieli a appris que, de toute sa famille, seul son frère avait survécu à l’Holocauste.

David Azrieli a immigré à Montréal en 1954, où il a obtenu un baccalauréat ès arts à l’université de Montréal (Institut Thomas More). Il se lança alors dans une carrière en conception, développement immobilier et gestion de propriété en 1957 avec la construction modeste de quatre duplexes à Montréal. Aujourd’hui, il est possible d’admirer le produit de ses conceptions architecturales innovantes en contemplant les tours de bureaux, les complexes résidentiels et les centres commerciaux qu’il a construits à travers le Canada, les États-Unis et en Israël.

David Azrieli a fondé Investissements Canpro Ltée à Montréal au début des années 1960, s’orientant au départ dans le développement de tours d’habitation et, en 1967, dans la construction de l’Hôtel des artistes de 250 chambres pour accueillir les musiciens et artistes venus jouer à l’Expo 67. Suite à son succès dans ce domaine, il s’est consacré à des projets commerciaux de plus grande envergure, concevant son premier centre commercial en 1969. Adoptant une approche architecturale « Agile », selon les mots d’un critique, combinant intelligence et esthétisme, il développe à travers les années 1970 des centres commerciaux dans le sud de l’Ontario et enfin le plus grand centre commercial dans la région Capitale-Nationale : Les Promenades de l’Outaouais à Gatineau. Les projets de David Azrieli se caractérisaient par un amour authentique, visible dans chacune des propriétés qu’il a édifiés.

Comme il le disait, «j’ai aimé chacun des bâtiments auquel je me suis consacré, et ce dés le moment où je travaillais dessus. C’est peut-être la raison pour laquelle j’ai toujours été très conservateur, étant toujours trop investi dans un projet pour pouvoir en mener plusieurs en même temps. » Aujourd’hui, Canpro gère activement un portefeuille de propriétés comprenant notamment l’édifice Dominion Square et l’Hôtel Sofitel au centre-ville de Montréal.

Au début des années 1980, David Azrieli a décidé d’appliquer ses connaissances et compétences en conception, construction et aménagement immobilier en Israël. En 1985, il a ouvert le premier centre commercial d’Israël à Ramat Gan – le Canion Ayalon – déclenchant une véritable révolution de la finance et du commerce de détail dans le pays. Il a ensuite construit un centre à Beer Sheva en 1990, à Jérusalem en 1993. En 1998, il a modifié la ligne d’horizon de Tel-Aviv pour toujours en aménageant le Centre Azrieli – un monument emblématique – qui reste le plus grand complexe commercial à usage mixte au Moyen-Orient. En 2010, David Azrieli a finalisé le plus important premier appel publique à l’épargne à la Bourse de Tel-Aviv. Le groupe Azrieli possède et gère plus de 13 centres commerciaux et est la plus grande entreprise commerciale et agence immobilière de bureaux en Israël.

La réussite professionnelle sans précédent de David Azrieli au Canada et en Israël témoigne de son amour profond et de sa dévotion pour ces deux pays. « J’ai deux patries, deux endroits que je chéris et où j’ai eu la chance de faire ce que j’aime le plus. L’opportunité de faire entendre ma voix dans le milieu professionnel m’a d’abord été donné au Canada et m’a permis, finalement, de réaliser mon rêve de pouvoir contribuer à mon autre patrie, Israël. Les deux ont toujours été inextricablement liées. » David Azrieli a été président national de la Fédération sioniste canadienne dans les années 1980 et, tout au long de sa vie, il a été un leader actif dans la communauté juive et dans de nombreuses organisations liées aux établissements d’enseignement israéliens.

David Azrieli a toujours cru et supporté avec ferveur l’éducation et la formation continue. Ceci est visible non seulement dans ses activités philanthropiques, mais aussi dans son parcours personnel. Il a obtenu une maîtrise en architecture de l’Université Carleton à Ottawa en 1997, à l’âge de 75 ans.

David Azrieli était un philanthrope engagé et visionnaire. Comme il l’a dit : «Je crois que les gens qui réussissent doivent redonner à la communauté. Quand je dis redonner à la communauté, il ne s’agit pas seulement d’argent, mais également de temps et d’implication. Vous devez donner avec votre cœur, afin que chaque personne sache qu’elle peut faire une différence. » À titre personnel et par la Fondation Azrieli (Canada-Israël), il a soutenu de nombreuses initiatives avec beaucoup de générosité, notamment dans les domaines de l’éducation, de l’architecture et de la conception, de l’enseignement de l’Holocauste, des troubles du développement, de la recherche scientifique et médicale, et les arts.

De ses nombreux projets philanthropiques, il était particulièrement fier de l’Institut Azrieli pour la responsabilisation éducative, un programme visant à l’autonomisation des jeunes israéliens à risque qui les encouragent à rester à l’école en comblant les retards en matière d’éducation, en améliorant leurs compétences sociales et en donnant aux parents des outils destinés à améliorer les relations au sein de la famille, ainsi que le Programme des boursiers Azrieli visant à la promotion de l’excellence académique et le leadership dans les études supérieures et post-universitaires au sein d’universités israéliennes. La Fondation Azrieli publie également la Collection Azrieli des mémoires de survivants de l’Holocauste – une série de mémoires écrits par des survivants de l’Holocauste qui ont immigré au Canada après la guerre. Le programme a été inspiré par sa propre expérience. La dernière initiative de la Fondation est un programme de subventions généreuses qui appuie la recherche de pointe sur les troubles du développement neurologique. Par le biais de sa Fondation, l’héritage philanthropique de David Azrieli va perdurer. Aujourd’hui, elle est l’une des plus grandes fondations au Canada et en Israël, allouant des millions de dollars de subventions chaque année.

David Azrieli a été un bienfaiteur de nombreux établissements d’enseignement, dont l’Université Yeshiva, l’Université Concordia, l’Université de Tel Aviv, Technion – l’Institut Israélien de technologie, l’Université Carleton, le collège Shenkar en Art et Design et l’Institut Weizmann des Sciences. Comme il le disait en 2007: «J’ai eu la chance de pouvoir utiliser ce que j’ai appris, gagné, amassé et ce afin d’aider les autres. C’est ma vision: Être en mesure d’utiliser les récompenses concrètes de ma carrière dans l’aménagement immobilier pour créer un héritage dans l’enseignement et les établissements d’enseignement au sein de mes deux patries« . David Azrieli a également été le mécène de nombreux organismes culturels et communautaires, y compris Yad Vashem, la Fondation de Jérusalem, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée d’Israël, le Musée de Tel-Aviv et de la Fondation Miriam de Montréal.

Parmi les nombreux prix et distinctions qui lui ont été remis, David a notamment reçu en reconnaissance de ses bonnes œuvres et de ses réalisations professionnelles : l’Ordre du Canada, l’Ordre national du Québec, administrateur honoraire (« Ne’eman ») de la ville de Jérusalem, et des doctorats honorifiques de l’Université Concordia, l’Université Yeshiva, l’Université Carleton, l’Université de Tel Aviv et Technion – Israel Institute of Technology et l’Institut Weizmann des Sciences.

Un lecteur avide de journaux, amateur de musique classique, de chansons israéliennes et de longues promenades durant les froides journées d’hiver, David a collectionné des Judaica et des œuvres d’art   tout au long de sa vie. Son importante collection de tableaux israéliens a été exposée dans les musées de Tel-Aviv et Haïfa.

Époux bien-aimé de Stéphanie Lefcort durant 57 ans, père aimant, beau-père et grand-père de Rafi Azrieli; Sharon Azrieli Perez, Avi Perez, Matthieu et Salomon Azrieli; Naomi Azrieli, François Blanc, Joseph, Gabriel et Madeleine; Danna Azrieli, Danny Hakim, Galia et Ella. David nous manquera à tous, nous qui l’avons tant aimé.

La conviction profonde de David Azrieli était que «la liberté véritable est d’être capable de faire ce que vous aimez faire. Si vous devez passer votre vie à faire des choses que vous n’aimez pas faire, vous n’êtes pas mieux qu’un esclave. Cela est donc mon message: faites ce que vous aimez faire.  »


DJA-WizmanPosterPic

Posted in Non classé.